Biennale de Venise, La boiserie de Mazan au pavillon français

 

DE-SO  à la Biennale d’architecture de Venise REPORTING FROM THE FRONT, Pavillon de la France avec le projet de la Salle polyvalente de Mazan (84) du 28 mai 2016 au 27 Novembre 2016.

Un maire

Le projet de La Boiserie de Mazan est porté par un maire qui souhaite une vraie salle multiculturelle, pouvant accueillir à la fois des fêtes familiales, associatives, des spectacles, du cinéma, des concerts et, pourquoi pas, un opéra. Il imagine son territoire comme un patrimoine, « un legs aux générations futures ».

Un programme 

La grande salle, d’une capacité totale de 1000 personnes dont 640 assises, est composée d’une scène fixe et de 415 sièges sur gradins télescopiques. Elle est dotée d’espaces d’accompagnement : salle multi-activités pour 30 personnes, espace d’accueil-exposition, foyer, bar, loges, un grand parking.

Un lieu

Le site s’appuie sur l’horizon du Ventoux, un climat chaud et sec, un terroir de vignobles et de terres fertiles, dans une vaste plaine agricole.

Entre géométrie et poussière

Le projet témoigne des éléments qui façonnent le site ; il révèle des phénomènes physiques déjà présents, toujours actifs. L’intensité lumineuse et la qualité graphique d’un bâtiment sont intimement liées à la poussière en suspension dans l’air… Ici, cette poussière de bois, de paille et de terre désigne les matériaux à utiliser, et ces matériaux imposent leur géométrie.

Triangulation et visée

Cet édifice ne se fonde pas ; il s’arrime. A la manière des cartes-portulan, il définit sa position exacte par une triangulation à grande échelle. Le point de visée est le massif du Ventoux, et les 2 ailes de la construction se déboitent en s’ouvrant vers le Levant.

La charpente et le mur

Pour construire la grosse boîte, la paille remplit les murs, le plâtre pigmenté rend étanche, et le bois compartimente. La charpente porte le toit et s’incline pour protéger les murs de la surchauffe. Elle porte un treillage qui s’offre au soleil, et garde les murs ocre à l’ombre.

Une atmosphère 

Le projet utilise trois essences de bois locales: le cèdre, le pin noir et le pin à crochet. Le traitement est brut, sans rabotage, sans vernis. Avec le temps, le projet va se fondre avec les couleurs de la terre, le Mistral soufflant, poussière et pigments restitueront un aspect terreux, mat. Dans la salle, l’horizon du bois évoque à la fois la tente ou la barque renversée.

Des collaborations

Pour ce projet les architectes s’entourent d’alliés locaux. Ils s’associent avec le Bet Gaujard Technologie qui dessine les charpentes jusqu’aux boulons, affinent les profilés, simplifient les assemblages. En chantier, ils retrouvent le maçon Moretti qui coule la chape parfaite, et taloche le plâtre ocre.