Groupe Scolaire et Gymnase de Chevilly-Larue


3.259 m² SDP

Chevilly-Larue, Val de Marne (94)

2023

Réalisation d’un équipement pédagogique et sportif composé d’une école primaire de 12 classes, d’un ALSH maternel et d’une salle de sport à Chevilly-Larue (94).
Le projet d’équipement pédagogique et sportif revêt un aspect stratégique dans l’organisation du futur quartier. Il s’implante en lisière de la promenade plantée, entre l’échelle du pavillonnaire à l’Est et celle des nouvelles opérations de logements. Cette situation offre à l’école-gymnase une variété de situations sur ses limites, et un fort enjeu de continuité visuelle, paysagère et fonctionnelle avec la promenade.

Le projet vise le BDF Or.


MO
Ville de Chevilly-Larue

MOE
ENTREPRISE MANDATAIRE : MAITRE CUBE MOE: DE-SO / BETEM / GAUJARD TECHNOLOGIE / OASIIS / PRAXYS / BIODIVERSITA / AGNA / PKIR / FUGA

Coût
9,3 Millions Euros HT

Mission
Complete

Programme & objectifs

Les particularités du programme nous incitent à concevoir le terrain d’étude, au-delà de ses aspects géométriques et topographiques, comme un « substrat », un biotope soumis à un climat. Le projet est une « émergence du site » qui construit un lieu capable de rayonner sur le quartier et d’y manifester sa présence exemplaire.
Le projet exprime par son implantation 2 façons de se relier au sol :

– Par l’ancrage de l’aile basse des classes au Nord, marquant une limite urbaine franche et un retour d’angle avec la rue Arthur Rimbaud.

– Par le soulèvement du gymnase au-dessus du Pôle adulte. Ce décollement permet de glisser sous le volume du gymnase un parvis abrité et de signifier clairement l’entrée unique.

La sobriété volumétrique exprime l’institution, et sa matérialité une présence bienveillante et familière. La brique, l’enduit et le bois renvoient à une perception haptique de l’architecture.

Chaque matériau exprime un objectif : expression de la masse pour les périmètres extérieurs en limite avec la ville, et expression de l’ossature pour les limites intérieures. Chaque matériau affiche son rapport avec son milieu : bord franc des parois de briques et porosité des espacements entre poteaux bois.

Chacun de ces matériaux rappelle aussi son lien originel avec son territoire : la forêt pour le bois et la terre pour l’enduit et la brique.

Caractéristiques

Le projet de paysage répond aux préoccupations écologiques de notre époque. En ce sens, il doit notamment apporter des solutions pour lutter contre l’îlot de chaleur urbain, et pour permettre une perméabilisation maximale de la parcelle. En plus de ces préoccupations en termes d’ambiance urbaine et de gestion des eaux pluviales, la parcelle du projet se doit de proposer des espaces en pleine terre et développer une végétation capable d’être le support de biodiversité. Le concept de « cour oasis » est intéressant de ce point de vue car il associe les préoccupations environnementales et de stratégie des villes face la question du genre et du partage de l’espace.

Le projet de paysage est l’occasion de créer un imaginaire complet, différent de la cour d’école traditionnelle tout en permettant et favorisant les usages variés que peuvent développer les enfants. Il intègre le concept de cour oasis, tout en évitant de n’être qu’un étalage de solutions techniques. C’est un univers global, cohérent avec l’usage visé, le bâti projeté et le contexte environnant.

Le projet de paysage se réfère à l’univers de la clairière : un espace vide, simple, au milieu d’une frange boisée active, une masse arborée dense et composée de micro-situations paysagères. Ce paysage de clairière joue avec trois éléments. Les variations de topographies et de textures de sol permettent de gérer le nivellement, de différencier les espaces minéralisés des espaces de pleine terre et de créer des sources d’usages variés. L’élément végétal crée des volumes, masques, filtres, ambiances et apports de qualités d’ambiances et de biodiversité. Enfin, l’installation du mobilier et des différents jeux informels révèlent les micro-situations d’usages et complètent le paysage.