L’Ombrière – Uzès (30)


2024 m2

Uzès (30)

Livré en 2020

Construction d'un centre culturel et de congrès polyvalent


MO
Communauté de communes Pays d'Uzès

MOE
DE-SO mandataire / OTE bet str, vrd, éco / OTELIO bet hqe / INGEFLUX bet fluides / ALTIA bet acoustique / ART SCENIQUE scénographe / ATELIERS59 signalétique

Coût
4,9 M€ HT

Mission
Complète

Programme & objectifs

Construction d’un centre culturel et de congrès accueillant deux salles mutualisables et ultra-polyvalentes.

La capacité totale peut atteindre 900 personnes assises (dont 350 sur une tribune télescopique) et 1400 personnes debout.

Deux grands murs mobiles séparent les salles pour accueillir simultanément et sans nuisances des activités diverses (concert, congrès, association, résidence d’artiste…).
La Fabrique, d’une surface de 420m², constitue la salle de diffusion principale. “Elle est construite en prémurs (préfabriqué toute hauteur) avec une isolation intégrée et finition extérieure dans le hall. Son revêtement alterne des panneaux en béton lisse et béton sablé.”
Ses 18,5m de large et sa jauge de 494 places assises dont 12 PMR, en font une salle généreuse et accueillante. Conçue pour accueillir une large variété de spectacles, l’équipe d’architectes a choisi de se baser sur les normes des spectacles de danse étant les plus obligeantes. Cela allait également de pair avec le lien étroit entretenu entre l’Ombrière et la Maison CDCN. Ainsi, le parquet du plateau est réalisé en chêne noir mat, posé sur lambourdes, pour le confort des artistes.
En configuration théâtre frontale, un important gradinage télescopique de 345 places, conçu et installé par l’entreprise Hugon, se déplie devant un espace scénique conséquent d’une profondeur de 9m (pouvant aller jusqu’à 11m) avec un dégagement sous perches de 8,2m. Un balcon surmonte les gradins et offre 149 places supplémentaires à la salle. En situation de concert, la tribune peut se replier et ainsi atteindre une jauge de 847 places debout.
Le Labo se dessine dans le prolongement de la Fabrique. Ainsi le revêtement mural et le parquet noir au sol sont identiques. Plus petite que la Fabrique avec une surface d’environ 190m², le Labo s’adapte mieux à l’accueil de petites formes culturelles et artistiques. Ainsi dans son usage indépendant, il devient l’espace de réception/buffet lors de congrès, et accueille diverses résidences artistiques, notamment de danse, ou des publics scolaires. Il est intéressant de noter que la surface du Labo se rapproche de celle du plateau de la Fabrique; ce qui permet aux artistes de pouvoir répéter dans des espaces aux mêmes proportions.

Caractéristiques

L’Ombrière s’implante sur le terrain d’une ancienne villa, Le Refuge, dont on peut encore deviner les murets en bord de rue, intentionnellement conservés. Le projet a été conduit avec une attention particulière pour minimiser son impact environnemental. Le bâtiment est ainsi positionné au plus proche de l’emplacement de l’édifice précédent afin de toucher le moins possible à la végétation existante. “Une étude phytosanitaire a donc été menée pour repérer les arbres majestueux et préserver leur valeur patrimoniale et environnementale” explique Sandrine Charvet de DE-SO architectes. D’autre part, la forme compacte de l’Ombrière a été pensée pour éviter les déperditions et la sur-imperméabilisation des sols. Un autre exemple parlant: l’équipement mutualise son parking avec les structures sportives aux alentours dans le but d’éviter une nouvelle construction et bétonisation des sols.
C’est donc un volume minéral simple qui se dessine derrière de grands cèdres et feuillus. Son revêtement extérieur en béton sablé mêle le lieu à son contexte et fait écho aux tonalités chaudes de la Pierre du Gard. Une marquise en zinc prépatiné perforé identifie le lieu et rappelle la forme des toiles d’ombrage protégeant ainsi une nouvelle place publique orientée Ouest. La courbure légère et éclatée du auvent dynamise la façade tout en venant ombrager une partie du parvis arboré. En soirée, les lettres de l’Ombrière viennent se déposer sur les tôles en zinc grâce à un gobo. Le nom du lieu, proposé d’ailleurs par l’équipe d’architectes, a tout de suite fait sens et fut adopté à l’unanimité.
Le parvis, nommé Les beaux jours, a vocation à accueillir des temps conviviaux et des manifestations pouvant aller du concert au spectacle de rue… Ce prolongement naturel du bâtiment, en harmonie avec la culture des places et des esplanades ainsi qu’avec la végétation environnante, répond à l’ambition de la maîtrise d’ouvrage de créer du lien avec les habitants tout en faisant vivre les espaces extérieurs du site.Le projet requalifie l’entrée sud d’Uzès et complète le patrimoine de la ville.

Installé sous de grands arbres existants, le centre culturel reprend les teintes chaudes du Gard et joue avec la lumière puissante du soleil pour mettre en valeur les volumes et les ambiances intérieures et extérieures.

Une grande ombrière accueille le public depuis le parvis polyvalent et s’élève au-dessus du foyer pour intégrer la signalétique du bâtiment.

Projet conçu en BIM mode intégré